Regard sur les installations agricoles en Livradois-Forez en 2016 et 2017

Chaque année, de nouveaux projets agricoles se concrétisent sur le territoire. Qui sont ces porteurs de projets, quelles activités agricoles souhaitent-ils développer et comment sont-ils accompagnés ? Retour sur deux années d’installations agricoles en Livradois-Forez.

Sur le département du Puy-de-Dôme, les organismes agricoles accompagnent chaque année entre 70 et 80 agriculteurs à l’installation, dans le cadre de la Dotation Jeune Agriculteur (DJA). Pour obtenir cette dotation, les porteurs de projets doivent notamment répondre à deux critères essentiels : avoir moins de 40 ans, et détenir un diplôme agricole de niveau IV (niveau BP).

On s’intéresse ici au territoire Dore Livradois-Forez de la Chambre d’Agriculture, qui regroupe une centaine de communes de l’est du Puy-de-Dôme, soit environ un quart du territoire départemental.

10 installations avec la DJA se sont concrétisées sur ce territoire en 2016 et 12 en 2017 ; soit 22 installations DJA en deux ans en Livradois-Forez. Le projet type est mené par un homme, ne s’installant pas dans le cadre familial, qui intègre une société en élevage bovin conventionnel.

En effet, ces porteurs de projets sont majoritairement « hors-cadre familiaux » c’est-à-dire qu’ils s’installent sur une exploitation qui ne leur a pas été transmise par un membre de leur famille (jusqu’au troisième degré) : dans le cas présent, seules 40 % des installations se font dans le cadre familial. Ce sont le plus souvent des hommes (seulement 20 % de femmes) et ils s’installent en priorité en structure sociétaire (seules 30 % d’installation en exploitation individuelle). Parmi les projets, on en dénombre 70 % en élevage bovin, 20 % en maraîchage et 10 % autres (ovins, apiculture). On compte enfin 30% des projets qui sont labélisés Agriculture Biologique dès l’installation, et 50 % qui misent sur la vente directe pour écouler toute ou partie de leur production.

Sur ce même territoire, le Réseau Agricole Livradois-Forez et le Parc Livradois-Forez ont recensé les installations de porteurs de projets hors DJA, c’est-à-dire des candidats qui se sont installés sans la Dotation Jeune Agriculteur.

On dénombre au moins 18 installations hors DJA entre 2016 et 2017 sur ce territoire. Le projet type est mené par un homme, ne s’installant pas dans le cadre familial, qui s’installe en individuel en petites cultures (maraîchage, plantes aromatiques et médicinales, horticulture) en conventionnel.

En effet, ces porteurs de projets sont majoritairement hors-cadre familiaux (seuls 30 % d’installations dans le cadre familial), ce sont le plus souvent des hommes (seulement 30 % de femmes) et ils s’installent en priorité en exploitation individuelle (seules 30 % d’installation en société). Parmi les projets, on en dénombre 45% en petites cultures, 35 %  en élevage bovin, 10 % en ovins et 10 % autres (équins, apiculture). On compte enfin 20% des projets qui sont labélisés Agriculture Biologique dès l’installation, et 70 % qui misent sur la vente directe pour écouler toute ou partie de la production.

La majorité de ces porteurs de projets ne fait pas de demande de DJA pour des raisons de diplômes (50 % ne possède pas de diplôme agricole de niveau IV) et d’âge (20 % d’entre eux a plus de 40 ans au moment de la demande). Certains ne souhaitent pas solliciter l’aide même s’ils y sont éligibles.

A travers ces deux profils de porteurs de projets, on retrouve quelques constantes : la diminution des reprises familiales et la part toujours plus importante de candidats hors-cadre familiaux ; la progression du nombre de femmes chef d’exploitation ; l’augmentation des projets en maraîchage et en Agriculture Biologique et l’attrait pour les circuits courts.

Tous ces projets n’ont donc pas reçu la Dotation Jeune Agriculteur. Néanmoins, grâce à l’accompagnement du Réseau Agricole Livradois-Forez, certaines ont pu recevoir en complément l’aide à l’installation du Conseil Départemental du Puy-de-Dôme. Sans limite d’âge, ni de diplôme, cette aide est conditionnée notamment à la vente directe (au moins 20% du chiffre d’affaire en année 5) et à l’obtention d’un revenu minimum (10 500 € en année 5).

BILAN : entre 2016 et 2017, on compte donc 40 installations en Livradois-Forez. Parmi elles, 22 ont reçu la Dotation Jeune Agriculteur, 17 ont reçu la subvention du Conseil Départemental (9 ayant cumulé les deux aides), et 10 n’ont pas reçu d’aide à l’installation.

Pour aller plus loin : retrouvez notre annuaire des producteurs fermiers en vente directe sur notre site www.reseauagricole.fr/livradois-forez/, rubrique « Vivre en Livradois-Forez ».

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.