L’Azuré retrouvé (Maculinea alcon alcon)

Une synthèse des connaissances et des prospections de terrain concernant huit espèces patrimoniales de papillons diurnes ont été effectuées en 2013-2014 par Philippe BACHELARD de la SHNAO (Société d’Histoire Naturelle Alcide d’Orbigny) afin de confirmer le statut (présence/absence) de ces espèces sur le territoire du Parc Livradois-Forez.

Philippe BACHELARD

Philippe BACHELARD

Alors qu’on ne savait pas si l’Azuré des mouillères était encore présent sur le Parc, ce travail a permis de découvrir trois sites importants de reproduction du Maculinea alcon alcon, son nom scientifique, sur le Livradois, l’un à Condat-lès-Montboissier (site de La Garde), un autre à La Chaise-Dieu (près de l’étang Pironnet) et enfin, un troisième à Monlet (sectionnal de Bréchignac) ; ces stations sont considérées comme majeures à l’échelle de l’Auvergne et même du Massif Central, au regard de la quantité d’œufs qui a été trouvé sur les gentianes pneumonanthes et des populations d’adultes présentes.

Maculinea alcon alcon

Maculinea alcon alcon par F. FOURNIER

De fait, le Parc a une responsabilité particulière pour le maintien de cette espèce sur son territoire, ce qui l’a incité à poursuivre ses recherches et à préparer des mesures de conservation. Ce travail porte sur deux ans (2015 et 2016) dans le cadre du Plan Régional d’Action (PRA) auvergnat en faveur des Azurés et il a été confié à Philippe Bachelard, spécialiste des papillons.

L’Azuré des mouillères est un petit papillon élégant, mais exigeant, au cycle de vie complexe et considéré comme « quasi menacé » en France et en Auvergne. La plante hôte de l’Azuré des mouillères est la Gentiane pneumonanthe : les femelles du papillon pondent au niveau des fleurs, mais aussi des boutons floraux, des tiges et des feuilles. L’espèce est donc principalement liée aux milieux humides (prairies humides, hauts-marais …), mais on la rencontre aussi sur d’autres prairies, cariçaies ou landes. De l’œuf éclot une minuscule chenille qui se développe au sein du bourgeon floral dont elle se nourrit. A l’issue de sa troisième mue, la chenille se laisse tomber sur le sol afin qu’une fourmi Myrmica la « récolte » et l’emporte dans son nid. Au cours de l’été, la larve est nourrie et soignée par les ouvrières, comme une fourmi reine. Elle passera ainsi toute la mauvaise saison au sein de la colonie ; parfois, elle reste même une année supplémentaire. Au printemps suivant, la chenille se transforme en chrysalide d’où sortira quelques jours plus tard un papillon qui devra rejoindre l’air libre le plus vite possible avant qu’il ne soit attaqué par les fourmis hôtes.

L’Azuré des mouillères est présent de l’ouest de l’Europe au sud-est de la Sibérie. En France l’espèce est potentiellement présente dans tous les départements sauf dans le domaine méditerranéen et elle est considérée comme disparue de plusieurs départements (en Région Centre, Ile de France, Bas-Rhin). C’est une espèce avec une répartition très localisée (petits sites) sauf en Auvergne où l’on observe les plus fortes populations françaises (Bachelard, 2008), mais sa répartition est très inégale suivant les secteurs considérés (les stations allant des monts Dore aux monts du Cantal forment un ensemble majeur, avec d’importantes populations, ce qui n’est pas le cas ailleurs).

En Livradois-Forez, l’analyse des trois sites majeurs réalisée en 2015 montre que deux d’entre eux sont en bon état de conservation et bénéficient d’une bonne gestion à pérenniser (Monlet et La Chaise-Dieu). En revanche, pour le site de La Garde à Condat-lès-Montboissier, les perspectives d’évolution et de restauration éventuelle sont plus incertaines.

En termes de concertation, dans la perspective d’éventuelles mesures de conservation, une information a été faite auprès des communes de Monlet et de La Chaise-Dieu. Une rencontre a eu lieu à Monlet avec le maire et le gestionnaire du sectional de Bréchignac.

L’information et la concertation ainsi que les suivis scientifiques se poursuivront en 2016, toujours dans le cadre du PRA en faveur des Azurés.

Contact au Parc :
Nadine NOGARET
Responsable du pôle Biodiversité – Education à l’environnement
n.nogaret@parc-livradois-forez.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement (UE 2016/679)du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données), les personnes disposent d’un droit d’accès, de rectification et d'effacement des informations qui les concernent, d'un droit d'opposition pour des motifs légitimes, d'un droit à la limitation du traitement et d'un droit de réclamation auprès de la CNIL. Les informations personnelles que vous nous communiquez par l’envoi du formulaire ou par tout autre moyen sont strictement confidentielles et destinées au traitement de vos demandes par les agents du Parc. Elles ne seront transmises à aucun tiers. Vous avez la possibilité d’exercer vos droits par demande écrite accompagnée d’une pièce d’identité, à destination de la Maison du Parc.

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.