Renaissance du petit ruisseau dans la prairie

A l’initiative d’un riverain (commune de Noirétable) et des agents de l’ONEMA du Service départemental de la Loire, un projet de remise en état d’un ruisseau dans une prairie pâturée humide est engagé s’accompagnant d’une démarche pédagogique à destination d’élèves de lycée agricole.

Jean-Michel Perrot, agent de l’ONEMA dans la Loire, explique le fonctionnement des cours d’eau aux élèves du lycée agricole de Noirétable.

Jean-Michel Perrot, agent de l’ONEMA dans la Loire, explique le fonctionnement des cours d’eau aux élèves du lycée agricole de Noirétable.

Tout cours d’eau, aussi petit soit-t-il, mérite d’être dans un état aussi naturel que possible.

Cet article se fait l’écho d’un projet de remise en état d’un ruisseau situé sur le bassin versant de la Dore (sous-bassin concerné par le projet de Contrat territorial Dore aval).

Cet affluent du ruisseau du Fonghas (commune de Noirétable) a vu son lit obstrué et déstructuré par une intervention humaine ancienne. Cet état n’était pas satisfaisant au regard du bon fonctionnement des cours d’eau notamment reconnu par la loi.

Par ailleurs, les eaux de ce ruisseau, ne pouvant plus circuler dans son lit, venaient se disperser sur le terrain riverain. Cela rend inutilisable par le propriétaire, également exploitant, cette parcelle en cours de reconversion en prairie pâturée ; initialement, il s’agissait d’une plantation d’épicéas.

La situation ne pouvait donc pas durer. Conscient de cela, le propriétaire a pris contact avec les services de l’état.

Le service départemental de l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques de la Loire a engagé avec le propriétaire un accompagnement pour lui permettre de déposer un dossier de demande de déclaration à la Direction Départementale des Territoires de la Loire (DDT) pour la remise en état du site (Dossier de Déclaration au titre de la Loi sur l’Eau).

Cette remise en état consiste à redessiner un lit mineur sinueux ayant un gabarit adapté à un fonctionnement naturel (profondeur, largeur en fond et largeur en eau de berge). La profondeur ne doit pas être trop importante. En aucun cas, il ne faut assécher les sols des zones humides riveraines.

Piquetage du projet en présence de l’ONEMA, du SYMILAV (Syndicat Mixte du Bassin Versant du Lignon, de l’Anzon et du Vizézy), d’étudiants du Lycée Agricole (Nature et Forêt) et du CFPPA de Noirétable et du Parc Livradois-Forez

Piquetage du projet en présence de l’ONEMA, du SYMILAV (Syndicat Mixte du Bassin Versant du Lignon, de l’Anzon et du Vizézy), d’étudiants du Lycée Agricole (Nature et Forêt) et du CFPPA de Noirétable et du Parc Livradois-Forez

Pour effectuer cette opération, une entreprise disposant d’un engin de terrassement capable d’intervenir sur ces sols peu portant sera missionné par le propriétaire.

Mesure d’accompagnement indispensable, certaines courbes du tracé seront stabilisées par du génie végétale (techniques de fascinage et de tressage) et l’ensemble des berges sera végétalisé : semis herbacés et plantation d’arbres d’essence typique de ripisylve (aulnes, saules, …). Les berges et le lit du ruisseau seront également mis en défens du bétail par la pose de clôtures.

Ce projet sera le support d’un projet pédagogique avec le Lycée Agricole de Noirétable. Les étudiants pourront se familiariser avec les techniques de génie végétal.

Le projet élaboré dans l’intérêt du milieu aquatique présente une approche pragmatique de terrain et des coûts limités pour le propriétaire. La définition technique du projet a été réalisée par Cédric Tavaud, technicien du Syndicat Mixte du Bassin Versant du Lignon, de l’Anzon et du Vizézy (SYMILAV), bassin versant voisin disposant de nombreuses années d’expérience dans la restauration des rivières. Les animateurs du SAGE Dore et du Contrat territorial en élaboration ont également participé à cette démarche exemplaire.

Signalons qu’en phase de mise en œuvre une des vocations du Contrat territorial sera de réaliser des actions de restauration et de renaturation de cours d’eau sur des sites où l’intervention sera reconnue d’Intérêt Général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement (UE 2016/679)du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données), les personnes disposent d’un droit d’accès, de rectification et d'effacement des informations qui les concernent, d'un droit d'opposition pour des motifs légitimes, d'un droit à la limitation du traitement et d'un droit de réclamation auprès de la CNIL. Les informations personnelles que vous nous communiquez par l’envoi du formulaire ou par tout autre moyen sont strictement confidentielles et destinées au traitement de vos demandes par les agents du Parc. Elles ne seront transmises à aucun tiers. Vous avez la possibilité d’exercer vos droits par demande écrite accompagnée d’une pièce d’identité, à destination de la Maison du Parc.

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.