Comment sauver la Pie grièche grise?

Sur une demande du Parc naturel régional Livradois-Forezune étude relative à la Pie-grièche grise dans le secteur de la plaine  d’Ambert, de Marsac-en -Livradois et d’Arlanc a été conduite par la  LPO, association de protection de la biodiversité, appuyée par de nombreux bénévoles du groupe local LPO d’Ambert-Thiers, très investis dans la protection de cette espèce.

La plus importante population d’Auvergne

Étudiée sur une zone de 54 km², la population de Pies-grièches grises a été estimée à une vingtaine de couples, soit 3,7 couples/10 km². De très bons résultats quand on sait que les effectifs de cet oiseau n’excèdent pas 800 couples à l’échelon national.

Il s’agit même de la plus importante population connue en Auvergne, avec celle du Sud de la Chaîne des Puys. La plaine d’Ambert a donc un rôle majeur à jouer dans la conservation de cette espèce menacée.

Les menaces qui pèsent sur la Pie-grièche grise…

Il y a cependant des raisons de s’inquiéter quant à la pérennité de l’espèce dans le secteur.

Au-delà du comptage, un important travail de cartographie couplé à une analyse statistique a permis de connaitre les facteurs influant sur la présence de la Pie-grièche grise et sur le succès de la reproduction :

  • plus il y a de haies, d’arbres isolés, de clôtures et de milieux ouverts plus les couples s’installent,
  • plus il y a de culture (blé, maïs…) plus il est difficile pour les couples d’élever leursjeunes,
  • plus il y a de prairies permanentes plus il est facile pour les couples d’élever des jeunes. Il est donc indispensable de conserver ces prairies pour l’avenir de l’espèce

L’avenir est préoccupant et il y a des raisons de s’inquiéter :

  • avec seulement 2,6 jeunes par couple en moyenne, le taux de reproduction est très faible en comparaison avec la plupart des zones suivies dans le Massif central,
  • le secteur d’Ambert est quasiment déconnecté des autres bastions de l’espèce. Seule une connexion persiste probablement avec la faible population des plateaux sud du Forez.

 

Agir pour la Pie-grièche grise

Des actions de communication  ont été engagées, notamment un document produit en 2017, des conférences grand public en 2018 et des campagnes de sensibilisation de la profession agricole, mettant en avant les pratiques qui favorisent sa préservation.

Les bonnes pratiques :

  • conserver les vieux peupliers et en planter de nouveaux. En effet, les Pies-grièches grise du secteur d’Ambert, de Marsac-en-Livradois et d’Arlanc établissent 55% leurs nids  dans les boules de gui des vieux peupliers de variété locale,
  • conserver les éléments du paysage comme les haies, arbres isolés, bosquets, mares, murets de pierres sèches…
  • maintenir des prairies naturelles et l’élevage extensif,
  • éviter l’emploi de pesticides et limiter l’emploi d’antiparasitaires lors de la mise à l’herbe des bêtes.

La perspective est  maintenant de passer de l’étude, à la conservation, étape indispensable pour avoir une chance de sauver la Pie-grièche grise en Livradois-Forez.

Contact :
Serge CHALEIL, Chargé de mission « Médiation des patrimoines » 
04 73 95 57 57

Pie grièche grise par Christian AMBLARD
Share

1 réflexion sur « Comment sauver la Pie grièche grise? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.