La nuit, une ressource à préserver

Conscients des effets de la pollution lumineuse sur la biodiversité, le fonctionnement des écosystèmes et les paysages, les Parcs du Massif central ont engagé une réflexion commune pour préserver et valoriser le ciel étoilé et la biodiversité.

La lumière artificielle nocturne est un outil d’aménagement qui répond à de multiples usages sociaux, comme la sécurisation des déplacements, la mise en valeur esthétique des espaces ou encore l’accompagnement des activités économiques urbaines. Néanmoins, la dégradation de l’obscurité sous l’effet de la lumière artificielle nocturne est aujourd’hui appréhendée comme une pollution à part entière, désignée sous l’appellation « pollution lumineuse ». Socioculturels, écologiques, sanitaires ou encore économiques et énergétiques, les effets négatifs de l’éclairage artificiel nocturne sont multiples.

Conscients de ces effets de la pollution lumineuse, les Parcs du Massif central ont engagé une réflexion commune pour préserver et valoriser le ciel étoilé et la biodiversité, dans le cadre d’une convention signée entre l’Inter Parcs Massif Central (IPAMAC) et l’Etat.

La première phase réalisée en 2019 et 2020 entre 8 Parcs (Aubrac, Cévennes, Livradois-Forez, Millevaches en Limousin, Monts d’Ardèche, Morvan, Pilat et Périgord-Limousin) a permis principalement :

  • d’acquérir des données et améliorer les connaissances sur la pollution lumineuse ;
  • d’aider les Parcs du Massif central et leurs partenaires à esquisser une stratégie d’actions territoriale en matière de lutte contre la pollution lumineuse.

Le bureau d’études missionné par l’IPAMAC a utilisé différentes données (satellites, données sur l’éclairage public des communes disponibles auprès des syndicats d’énergie, données collectées sur le terrain à l’aide d’appareils de mesures confiés à des bénévoles) pour réaliser la mission d’amélioration des connaissances sur la pollution lumineuse. 10 sites ont pu faire l’objet de mesures de la qualité du ciel nocturne sur le territoire grâce notamment à l’implication de partenaires et de collectivités. Ce travail a abouti à la production de cartes et de données.

Pendant le premier confinement au printemps 2020, le Parc a lancé une grande collecte d’images sur la nuit en Livradois-Forez auprès des habitant-e-s intitulée « Ce que je vois depuis ma fenêtre la nuit ». Il ne s’agissait pas d’un concours photographique mais d’une collecte destinée à illustrer la perception qu’ont les citoyens photographes amateurs ou professionnels de leur environnement nocturne proche et quotidien. 75 images ont été fournies par 22 contributeurs. Elles ont été publiées sur l’Instagram du Parc : https://www.instagram.com/parclivradoisforez/

La seconde phase prévue en 2021 et 2022 du projet IPAMAC concerne 7 Parcs (Aubrac, Cévennes, Haut-Languedoc, Livradois-Forez, Monts d’Ardèche, Causses du Quercy et Morvan). Elle portera sur l’accompagnement de communes et d’acteurs privés pour développer et adapter les pratiques d’extinction et améliorer l’éclairage public et privé. Sont prévus : la production d’un guide technique, la valorisation de bonnes pratiques, l’accompagnement pour un diagnostic avec des préconisations techniques et chiffrées pour réduire l’éclairage artificiel et son impact sur la biodiversité…

Et en attendant, le Parc va solliciter les collectivités avec une enquête en ligne pour avoir un état des lieux de l’éclairage public sur le territoire (actions réalisées ces dernières années, communes qui éteignent en milieu de nuit, projets envisagés…).

Les résultats seront communiqués avant l’été.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement (UE 2016/679)du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données), les personnes disposent d’un droit d’accès, de rectification et d'effacement des informations qui les concernent, d'un droit d'opposition pour des motifs légitimes, d'un droit à la limitation du traitement et d'un droit de réclamation auprès de la CNIL. Les informations personnelles que vous nous communiquez par l’envoi du formulaire ou par tout autre moyen sont strictement confidentielles et destinées au traitement de vos demandes par les agents du Parc. Elles ne seront transmises à aucun tiers. Vous avez la possibilité d’exercer vos droits par demande écrite accompagnée d’une pièce d’identité, à destination de la Maison du Parc.

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.