Le retour de la myrtille

Cela fait partie de l’histoire du Parc. A ses débuts dans les années 1980 le Parc avait été à l’initiative d’un programme de recherche sur la culture de la myrtille et notamment par l’amélioration de la gestion des landes d’altitude des monts du Forez. Un programme à l’échelle du massif central relance la recherche.

Le programme soutenu par l’IPAMAC (l’association des Parcs du Massif central), vise à préserver et valoriser la myrtille sauvage. Il est conduit  par les Parcs naturels régionaux Millevaches en Limousin, des Monts d’Ardèche, du Pilat et Livradois-Forez. C’est ainsi que des travaux simultanés, complémentaires et coordonnés sont en cours sur leurs territoires respectifs.

Le travail de recherche va consister à capitaliser l’acquis de connaissances , compiler les données issues des expérimentations passées ou en cours et de recueillir le savoir des acteurs locaux.

Le Livradois-Forez se regroupe

Des agriculteurs (éleveurs, maraîchers, producteurs de petits fruits, apiculteurs), des cueilleurs, des élus locaux et des personnes intéressées composent un groupe mobilisé autour de la myrtille. Il est accompagné par le Parc Livradois-Forez.

Ces acteurs font le constat que, localement et sous l’influence de nombreux facteurs (évolution des pratiques de pâturage, changement climatique, cueillette…), la lande à myrtille régresse.
Ils sont réunis par l’envie de s’impliquer dans la préservation et la valorisation de « l’or bleu de la montagne ». 

Ce collectif a émergé sur le versant ligérien des monts du Forez, avant de s’étendre à l’ensemble du massif. Il est ouvert à toutes celles et tous ceux qui souhaiteraient le rejoindre.

L’action du Parc

Le Parc naturel régional Livradois-Forez  conduit un travail d’enquête et d’analyse destiné à améliorer les connaissances  sur la gestion des landes à myrtilles, notamment sur les monts du Forez.

Ce recensement fait l’objet d’un stage de fin d’études qui se déroule,  dans des conditions adaptées à la crise sanitaire, de mars à août 2020.

Informations plus détaillées : ici

Contacts (de 9h à 12h et de 14h à 17h, jours ouvrés) :

© JL MAVEL

2 réflexions sur « Le retour de la myrtille »

  1. Bonjour

    Je serais intéressé pour avoir les références bibliographiques sur lesquelles on se base pour faire « le constat que localement et sous l’influence de nombreux facteurs (évolution des pratiques de pâturage, changement climatique, cueillette…), la lande à myrtille régresse » .

    Merci pour votre réponse

    Bonne journée

  2. Bonjour,
    Il faut aussi bien prendre en considération que sur le Livradois, la coupe à grande échelle des landes couvertes de pins sous lesquelles poussaient les myrtilles ont été remplacées par des plantations d’épicéas ou autres résineux. Et les myrtilles ont disparues.
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement (UE 2016/679)du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données), les personnes disposent d’un droit d’accès, de rectification et d'effacement des informations qui les concernent, d'un droit d'opposition pour des motifs légitimes, d'un droit à la limitation du traitement et d'un droit de réclamation auprès de la CNIL. Les informations personnelles que vous nous communiquez par l’envoi du formulaire ou par tout autre moyen sont strictement confidentielles et destinées au traitement de vos demandes par les agents du Parc. Elles ne seront transmises à aucun tiers. Vous avez la possibilité d’exercer vos droits par demande écrite accompagnée d’une pièce d’identité, à destination de la Maison du Parc.

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.