Transhumance, vers une reconnaissance mondiale ?

Depuis la fin de l’année 2019, le Parc naturel régional Livradois-Forez participe à une démarche nationale, portée par le ministère de la Culture et par le Collectif des races locales de massifs (CORAM), qui vise à inscrire les pratiques de transhumance au Patrimoine culturel immatériel mondial de l’UNESCO.

Le Parc Livradois-Forez a mené l’enquête, dans  les archives documentaires,  puis à partir de témoignages d’acteurs agricoles locaux.  Ce travail a été conduit dans de nombreux massifs à l’échelle internationale. Chaque pays est appelé à déposer un dossier sur ses propres traditions et pratiques. Le Livradois-Forez a donc intégré le groupe du Massif Central pour contribuer à l’inventaire des spécificités françaises de la transhumance et la rédaction d’un plan de sauvegarde : des menaces pèsent-elles sur ces pratiques aujourd’hui ? Lesquelles ? Que faut-il faire pour leur maintien demain ? 

Dans le cadre du dépôt de candidature, un document complet de près de 100 pages, qui retrace le passé et le présent de la transhumance sur chaque massif français concerné, vient d’être élaboré.
Le massif du Forez y est largement cité, associé à la race bovine Ferrandaise, aux jasseries et aux deux fourmes d’Ambert et de Montbrison.

Il s’agit de la première étape dans la démarche d’inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. 

troupeau à l’estive sur les monts du Forez ©JL MAVEL

Contexte  général : 

Le Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel, réuni mi-décembre 2019 à Bogota en Colombie, a inscrit la transhumance sur la liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité.  Un dossier, d’ores et déjà présenté par l’Italie, la Grèce et l’Autriche, est intitulé : « La transhumance, déplacement saisonnier de troupeaux le long des routes migratoires en Méditerranée et dans les Alpes ».

Pour la France, le dossier, porté par un Comité de pilotage animé par le CORAM (Collectif des races locales de massifs) et les acteurs du pastoralisme (dont la Maison de la transhumance et le Centre d’études et de réalisations pastorales Alpes-Méditerranée) est donc en cours de réalisation, avec pour objectif le dépôt d’une candidature multinationale auprès de l’UNESCO en mars 2021.

______________

Malgré la crise sanitaire, le calendrier prévisionnel de cette démarche est inchangé pour le moment :

  • octobre 2019 à février 2020 – recensement des pratiques dans les territoires,
  • mars à mai 2020 – synthèse nationale par le comité de pilotage et le ministère de la Culture,
  • juin-juillet 2020 – candidature à l’inscription sur l’inventaire du Patrimoine culturel immatériel en France,
  • automne 2020 – « internalisation » de la démarche en Europe, en vue d’une candidature multinationale auprès de l’UNESCO,
  • mars 2021 – dépôt d’un dossier de candidature internationale auprès de l’UNESCO.

Contact :
Élodie PERRET, Chargée de mission Agriculture au Parc Livradois-Forez,
e.perret@parc-livradois-forez.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement (UE 2016/679)du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données), les personnes disposent d’un droit d’accès, de rectification et d'effacement des informations qui les concernent, d'un droit d'opposition pour des motifs légitimes, d'un droit à la limitation du traitement et d'un droit de réclamation auprès de la CNIL. Les informations personnelles que vous nous communiquez par l’envoi du formulaire ou par tout autre moyen sont strictement confidentielles et destinées au traitement de vos demandes par les agents du Parc. Elles ne seront transmises à aucun tiers. Vous avez la possibilité d’exercer vos droits par demande écrite accompagnée d’une pièce d’identité, à destination de la Maison du Parc.

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.