Accueillir la biodiversité dans les constructions et rénovations

Le 30 novembre dernier, architectes, bureaux d’études, conseillers, techniciens et élus ont pu découvrir avec le Parc des solutions pour accueillir la biodiversité dans des projets de construction et de rénovation.

Malgré la neige, une dizaine de personnes se sont retrouvées mardi 30 novembre à la Maison du Parc pour une visite des dispositifs en faveur de la biodiversité de la Maison du Parc, accompagné de l’exposition « Biodiversité et Patrimoine bâti » de la LPO et de la présentation de différents modèles de nichoirs et gîtes intégrables au bâti : dans la structure, dans l’isolant extérieur ou dans le parement. Rejoints par près de 30 participants en visioconférence, la soirée s’est poursuivie avec une conférence.

« Même là où l’homme installe ses maisons et ses activités, la puissance du vivant est sans limite et la vie trouve toujours sa place entre acier, goudron et béton. Les hirondelles s’installent sous les toits et les fleurs donnent de la couleur aux petits murets gris. Les hommes s’en accommodent, mais le plus souvent, ils aiment cette présence du « sauvage » et de l’indiscipliné. »

Extrait de l’édito de Allain BOUGRAIN-DUBOURG Président de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) dans le Guide technique Biodiversité & Bâti édité par le CAUE de l’Isère et la LPO

Des solutions simples ou d’autres plus techniques permettent de de construire ou de rénover des bâtiments tout en favorisant l’installation d’une petite faune (oiseaux, lézards, insectes, …). Chaque espèce a un habitat avec ses caractéristiques spécifiques (dimensions du gîte, de l’entrée, orientation par rapport aux vents ou au soleil, hauteur de l’accès, etc).

 A travers leur témoignages, les trois intervenants ont présenté :

  • en premier lieu un panorama des enjeux et des solutions par Benjamin TOSI, LPO Isère, contributeur principal du guide Biodiversité et Bâti, édité par la LPO et le CAUE de l’Isère ;

Et ensuite, deux retours d’expériences sur des bâtiments neufs :

  • Pierre-Arnaud MARIN, architecte de la Bourdonnerie à Dijon (21) ;
  • Claudine GAUDIN, architecte de l’Espace Jeunes de Mignaloux-Beauvoir (86). 

Les participants ont pu interroger les conférenciers sur les coûts liés à ces dispositifs, l’acceptabilité (visiblement très bonne) et les risques liés à la concentration de ces habitants inhabituels de nos constructions humaines.

Certains ont également rappelé que les documents d’urbanisme pouvaient préconiser (voire imposer) que des dispositifs favorables à la biodiversité soient mis en œuvre lors de travaux de constructions comme de rénovations : enduits permettant l’accroche des nids d’hirondelle de fenêtre, passages à petites faunes dans les clôtures pavillonnaires, etc…

Il a été rappelé aux élus qu’un appel à projet à destination des collectivités du Parc Livradois-Forez existait sur cette thématique. (voir pièce jointe) : En tant que maître d’ouvrage, les collectivités peuvent rénover ou construire un bâtiment public,  aménager une place, la cour d’école ou une zone d’activité, planter une haie… en intégrant la biodiversité et la trame verte, bleue et noire. Le syndicat mixte du Parc propose pour ces communes et communautés de communes un financement qui pourra prendre en charge des frais d’expertise (diagnostic, préconisations, accompagnement lors des travaux et sensibilisation), de travaux (ou équipements, achats d’arbres,…) et de communication (impressions, évènementiel,…).

Contact :
Claire MALLET-MORICEAU, Chargée de mission « Urbanisme » – 04 73 95 57 57 – c.mallet@parc-livradois-forez.org

* Cette conférence s’inscrit dans le programme global des Rencontres de l’Atelier d’urbanisme en Livradois-Forez. Des sessions de sensibilisation vous sont proposées sur la revitalisation des centres-bourgs, sur les solutions de mobilité active, sur l’élaboration des documents d’urbanisme, la valorisation des espaces publics …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement (UE 2016/679)du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données), les personnes disposent d’un droit d’accès, de rectification et d'effacement des informations qui les concernent, d'un droit d'opposition pour des motifs légitimes, d'un droit à la limitation du traitement et d'un droit de réclamation auprès de la CNIL. Les informations personnelles que vous nous communiquez par l’envoi du formulaire ou par tout autre moyen sont strictement confidentielles et destinées au traitement de vos demandes par les agents du Parc. Elles ne seront transmises à aucun tiers. Vous avez la possibilité d’exercer vos droits par demande écrite accompagnée d’une pièce d’identité, à destination de la Maison du Parc.

Ce site est protégé par reCAPTCHA. Les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.